Interview DG (CETEF-Lomé)

Le Centre Togolais des Exposants et Foires de Lomé (CETEF-Lomé) est un cadre idéal de promotion des produits et services, de contacts d’affaires, d’échanges et de recherches de partenaires commerciaux, l’un des plus grands rendez-vous économiques de l’Afrique en général, et de la sous-région ouest africaine en particulier. Par rapport aux thèmes définis cette année, Blognet info a interviewé le Directeur Général, M. JOHNSONKueku-Banka. Il parle de la Foire Made in Togo qui a pris fin en Août dernier et de la Foire Internationale de Lomé ( FIL) qui ouvrira ses portes en novembre prochain.

 

La 2ème édition de la Foire Made in Togo vient de fermer ses rideaux. Quel bilan en tirez-vous ?

JKB : C »est un bilan de satisfaction d’une façon générale à cette foire que nous avons organisée pour les opérateurs économiques togolais tournés essentiellement vers la production locale. Les statistiques nous donnent au total 135 exposants comparés avec les 90 de l’année passée, vous voyez que l’écart est déjà grand. Au niveau de l’espace occupé, nous avons eu au total 1450m², pour 750m² de l’édition passée. Voilà les deux chiffres qui nous rassurent qu’au niveau des activités, surtout pour les expositions, que nous sommes satisfaits. Il y a eu un tout petit bémol au niveau de la visite où on peut dire qu’elle a stagnée pratiquement. Nous avons eu 9000 visiteurs alors que nous étions l’année dernière à 12000 visiteurs, mais le surplus se définit par un grand concert que nous avions organisé ici. Si on extrait cette partie du concert on peut vous dire qu’on a eu pratiquement le même nombre de visiteur à cette foire. Nous aurions souhaité en avoir beaucoup plus cette année. Il y a donc du boulot à faire pour permettre aux citoyens de s’intéresser aux produits togolais.

Les acteurs nationaux du numérique et des objets connectés se sont rencontré parmi les transformateurs des produits locaux. Que représente pour vous cette rencontre ?

JKB : Evidemment nous avons organisé en marge de la Foire Made in Togo les premières rencontres nationales du numérique et des objets connectés. Compte tenu de l’importance que le numérique a pris aujourd’hui dans le processus du développement économique, il est un facteur auquel une attention particulière doit être accordée afin d’accroitre le niveau de l’économie numérique de notre pays. Cette première édition avec les jeunes startups qui ont élaboré des applications pour faciliter un certain nombre de choses dans le quotidien de l’homme n’a pas véritablement atteint notre ambition fixée, parce que on s’est rendu compte au finish qu’il y a certaines difficultés qui ne permettent pas d’atteindre cet objectif. Mais nous sommes satisfait parce que c’est une première édition. En dehors des expositions, il y a eu des conférences, des débats qui ont tourné autour du numérique, un secteur qui visiblement doit avoir de bons jours pour le Togo. Nous allons donc prolonger ce programme avec la foire internationale de Lomé (FIL) dont le thème est ” le numérique au service des affaires,” pour que cela puisse être ancré dans l’esprit des opérateurs économiques que le numérique est un secteur sur lequel on peut compter pour booster le processus du développement économique.

Vous pouvez nous parler de ces difficultés que vous avez eues au cours de cette foire ?

JKB : C’est liées à la communication. Je pense que nous n’avons pas pu atteindre toutes les cibles parce que c’est un début. Vous savez, lorsque l’activité est nouvelle, cela donne parfois ce résultat. Convaincre les gens de la tenue, ce n’est pas simple. Ils ne croient pas parce que c’est un nouveaux produit, la plupart attend de voir se réaliser avant de se prononcer pour la seconde édition. Mais pour les prochaines éditions, nous allons faire en sorte que cela rassemble beaucoup plus de gens afin d’y prendre goût

Si on reste toujours dans la foire made in Togo, quelles touches comptez vous apporter à la 3ème édition ?

JKB : Nous allons essayer de corriger le tir pour la troisième édition. Ce qui n’a pas bien marché au cours de la deuxième édition, il sera question de voir cela et puis apporter des solutions. Mais ce qui risque d’être nouveau et innovateur, c’est le désir d’organiser d’une façon alternée cette foire à Lomé et puis à l’intérieur du pays. Madame la Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a instruit la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo et CETEF-Lomé pour voir comment est-ce que d’une manière alternée, organiser cela à l’intérieur du pays. Donc après la Foire Internationale de Lomé nous allons travailler avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo pour voir comment nous pouvons mettre en exécution cette instruction de Madame la Ministre.

La vente des tickets via les applications mobiles a été l’une des innovations marquées au cours de la Foire Made in Togo. Quelles expériences en tirez-vous ?

JKB : C’était commencé timidement, le début de toute chose est difficile et il faut aussi que nous saisissions l’occasion pour communiquer autour de cela pour la prochaine foire de Lomé. Mais du fait que nous voulons donner une audience importante à cette activité lors de la Foire Internationale de Lomé, il nous revient déjà d’analyser la situation et de voir les aménagements que nous pouvons apporter à cela pour que ça soit véritablement une réalité.

Parlant de la 14ème foire internationale de Lomé (FIL) qui ouvrira ses portes en novembre prochain, quelle sera sa particularité?

JKB : C’est une foire générale comme les précédentes mais nous allons laisser une place de choix au numérique cette année parce que c’est le thème de cette édition. Nous allons essayer de vivre le numérique sur le site à travers les achats de billets via les applications, avec les possibilités des terminaux que les banques vont offrir au niveau de certains stands, des applications mobiles telles que Ecobank, Togocel, Moov et l’application du CETEF-Lomé les font et aussi donner la possibilité si tout va bien de faire l’expérience avec une masse d’opérateurs économiques et visiteurs sur le site. Nous sommes en train de voir avec le Ministère des Postes et de l’Economie Numérique qui viendra parler du cadre de ses activités au Togo, quelle en est la politique du gouvernement pour 2030-2050?, Bref, planter le décor du numérique au Togo. Les spécialistes du numérique seront invités pour débattre sur des thèmes qui tourneront toujours autour du numérique au service des affaires, donc voir les opérateurs économiques, les participants et partenaires de venir exposer et d’inviter le grand public à ces conférences, afin que les 17 jours de foire puissent rythmer avec le numérique.

Quelles seront concrètement les retouches à la 14ème édition de la Foire Internationale de Lomé par rapport à la 13ème édition ?

JKB : C’est sur le plan sécuritaire que nous allons mettre un accent tout particulier. Vous savez avec l’insécurité dans le monde aujourd’hui, pour des rencontres grands publics comme la foire de Lomé, il faut prendre des mesures sécuritaires qui conviennent.Nous allons travailler avec la structure nationale qui s’occupe de la sécurité pour que nous garantissions l’assurance à l’ensemble des participants, exposants et visiteurs pendant leur séjour à la foire.

Le pays invité d’honneur pour cette 14ème édition Foire Internationale de Lomé est le Nigéria. Avez-vous déjà une idée sur ce que ce pays proposera en terme numérique ?

JKB : Nous risquons de ne pas avoir un pays invité cette année, ça fait de cela 1an que nous sommes en discussion avec le Nigéria, jusqu’à ce jour nous n’avons pas de réponse. On ne sait pas si ça va venir à la veille de la foire, des fois. Il arrive qu’on puisse la faire ainsi. Si ça ne vient pas d’ici 1 mois, nous considérons donc qu’il n’y en aura pas de pays d’honneur pour cette foire.

Votre mot de fin à l’endroit des passionnés et décideurs de TIC ?

JKB : Mon mot de fin c’est d’abord vous remercier, le magazine blognet pour ce partenariat que vous exécutez si bien et puis profiter de l’occasion également pour inviter tous ceux qui veulent participer à la Foire Internationale de Lomé d’y être. De se prendre aussi à temps pour leurs permettre d’avoir de bons espaces pour leurs expositions et commencer à travailler plus tôt avec nous pour avoir également une bonne instruction afin de nous permettre aussi de bien organiser les participations à la foire. Mon mot de fin c’est aussi de dire à nos visiteurs et exposants que nous ne cessons de ménager aucun effort afin de leur garantir un séjour assez fructueux à la Foire Internationale de Lomé.

Interview DG (CETEF-Lomé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *